Anne Manteau
Diététicienne-nutritionniste à Saumur et Avoine
 
59 quai Mayaud, 49400 Saumur, France

/ 12 rue des Roches, 37420 Avoine

 

Fatigue intense après le repas ?


Il est 14h, vos paupières sont lourdes, vous piquez du nez, et vous ne parvenez pas à vous concentrer sur votre travail ? Ce fameux coup de barre de l’après-midi, c’est ce qu’on appelle « la somnolence post-prandiale ». Voici quelques raisons de cette incontrôlable envie de dormir après le déjeuner et comment l’éviter !

Hypothèse n°1 : l’hypoglycémie réactionnelle ( « coup de pompe »)

C’est la plus évidente. Un repas composé d’aliments mal choisis peut entrainer une hyperglycémie suivie d’une hypoglycémie réactionnelle environ 1h30 plus tard .

Solutions : éviter les sucres concentrés : sucre, miel, confiture, mais aussi les produits sucrés tels que les biscuits, gâteaux… Remplacer le pain blanc par du pain riche ne fibres solubles (seigle, multicéréales..) au levain, les aliments raffinés par des équivalents complets, les produits céréaliers par des légumineuses, les pommes de terre par des patates douces. C’est-à-dire des aliments avec un index glycémique bas.

Hypothèse n°2 : ratio protéines / glucides

Un repas très riche en glucides (féculents, pain, produits sucrés) et faible en protéines ( viande, poisson, œuf, produits laitiers, légumineuses favorise la libération d’un neurotransmetteur, la  sérotonine, qui favorise l’endormissement.

Solutions : pour le petit déjeuner et le déjeuner : veiller à avoir suffisamment de de  viande, poisson, œuf, produits laitiers, légumineuses et diminuer les glucides pour avoir un ration favorable à la production de dopamine et noradrénaline ( autres neurotransmetteurs) beaucoup plus dynamisants.

Hypothèse n° 3 : repas trop lourd

un repas trop calorique peut également être une explication. En effet la digestion engendre des besoins énergétiques importants, au détriment du reste de l’organisme.

Solutions : Essayer tout simplement de faire des repas plus légers, quitte à manger plus souvent (petites collations). Sinon un complément d’enzymes digestives peut aider. je recommande : ERGYZYM de chez Nutergia et Nergezym  du laboratoire LPEV.

Hypothèse n° 4 : intolérances alimentaires

Les intolérances alimentaires peuvent provoquer des troubles digestifs, mais aussi des troubles extra digestifs, c’est-à-dire des perturbations à distance ( articulations, cerveau, peau…) parmi les très nombreux symptômes possibles en cas d’hypersensibilité alimentaire, la fatigue est assez courante.

Solutions : bien que controversés et onéreux, les tests d’hypersensibilités alimentaires ( dosage des IgG) peuvent rendre des services dans le sens où certains aliments courants, appréciés et bien tolérés sur le plan digestif, peuvent en réalité sur-activer le système immunitaire sans que la personne ne s’en rende compte. C’est pour cela que les tests sur  un très grand nombre d’aliments peuvent être une aide précieuse. Sinon on peut toujours tenter des évictions de façon progressive. Le mieux est de se faire accompagner par un.e diététicien.ne afin d’éviter des carences.

 

Hypothèse n° 5 : surcharge hépatique

Un foie surchargé, stéatosé( foie gras) peut dysfonctionner et engendrer une grande fatigue, perçue particulièrement après les repas. Il faut savoir que le foie est un organe fortement impliqué dans la production d’énergie.

Solutions : limiter l’alcool et les toxiques. Discuter des médicaments superflus avec le médecin. Eviter les sucres d’ajout, les sodas et autres aliments industriels riches en sucre et particulièrement fructose et sirop de glucose  fructose . Consommer une quantité modéré de lipides ( crus), et privilégier l’huile d’olive pour son action sur la bile. L’alimentation doit être la plus légère et la plus digest possible. Les traitements naturels les plus intéressants : choline, chardon-Marie, desmodium, curcuma, radis noir, artichaut : Ergypur  Nutergia, Quantis chez LPEV. On peut également boire des tisanes de romarin après le repas.

Autres hypothèses

Certaines pathologies peuvent engendrer une sensation de malaise après le repas, faisant penser à une hypoglycémie, ou tout au moins, à une pseudo-hypoglycémie, comme par exemple en cas de burn out, de syndrome de fatigue chronique, de maladie de Lyme, de candidose profonde… des problèmes de surcharge hépatique en lien avec une dysbiose et un leaky gut peuvent également souvent être en cause

Solutions ; déterminer les causes exactes et traiter le problème à la racine en faisant appel à un médecin ou un thérapeute compétent dans ce domaine. Il est dès lors très important de considérer l’organisme avec une approche holistique et de ne pas traiter simplement le symptôme.

 


Articles similaires

Derniers articles

À la une

Clafoutis d’épinards au chèvre frais

04 Fév 2024

Pour 4   personnes préparation : 15 minutes - cuisson : 40 minutes
 
Les ingrédients
5 belles poignées de feuilles d’épinards - 3 œufs -  40 cl de lait - 10...

À la une

Smoothie bowl chocolat, banane, noisettes et noix de coco

31 Jan 2024

Ingrédients pour 1 personne :
1 Banane / 7.5 cl de Lait /1Glaçon / 2 c. à soupe de Chocolat en poudre
 Pour le topping : 1/2 Banane / 5 à 6  Noisettes entièr...

À la une

Des soupes gourmandes au service de notre santé et de notre poids

21 Jan 2024

Le principal atout nutritionnel des soupes est leur richesse en légumes ! Que l’on suive un rééquilibrage alimentaire ou que l’on souhaite simplement bien ma...

Catégories

Un service conçu pour vos exigences

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site créé grâce à SmartDiet

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.